Japan International Cooperation Agency
Share
  • 日本語
  • English
  • Français
  • Espanol
  • Home
  • About JICA
  • News & Features
  • Countries & Regions
  • Our Work
  • Publications
  • Investor Relations

Événement

July 13, 2017

Ardeur pour les poubelles dans le pays le plus ardent du monde

M. GOTO Tetsuya, volontaire pour la soudure,
affecté au CFPA d'avril 2015 à mars 2017

J'étais sur le point d'achever mes 2 ans de mission. ‘Je ne pourrai pas partir avant que nos poubelles ne soient installées » : me disais-je tous les jours en imaginant les djiboutiens jeter leurs ordures dans les poubelles fabriquées dans notre atelier. L'idée d'installer des poubelles dans la ville venait d'un élève de notre Centre.

Photo

En avril 2015, j'ai été affecté à la section soudure du Centre de Formation Professionnelle pour Adultes. Dès le début, j'y ai constaté que les cours pratiques n'étaient pas suffisamment dispensés à cause des matériaux insuffisants et des équipements vétustes par manque de budget.

Afin de résoudre ces problèmes, j'ai pensé à fabriquer quelque-chose à vendre avec les élèves de sorte qu'avec le gain, on puisse acheter du matériel. De plus, la fabrication pourrait permettre aux élèves d'améliorer leur compétence pratique et la distribution d'une partie de la recette pourrait les motiver à travailler. Cependant, j'étais à court d'idée quant à l'objet : Qu'est-ce qu'on pourrait bien vendre à Djibouti ? Qu'est-ce qu'on pourrait fabriquer avec les différentes contraintes concernant le niveau technique des élèves, la disponibilité du matériel, etc. ?

Puis un jour, pendant qu'on fabriquait des poubelles avec les élèves en vue de promouvoir le rangement et le nettoyage dans notre atelier, un élève a suggéré : « Si on vendait des poubelles à l'OVD (Office de la Voirie de Djibouti) ? Non seulement ça va nous rapporter mais aussi, ça va servir à embellir la ville. Je n'aime pas cette ville pleine d'ordures ! » Sa proposition m'a surprise ; je croyais que les djiboutiens en général ne se souciait pas de l'environnement vu qu'il n'y avait guère de poubelles dans la ville et que les gens jetaient des ordures n'importe où. D'ailleurs, l'élève lui-même, quelques minutes après cette déclaration, jetait ses déchets par terre. Toute fois, j'ai cru bon de saisir cette occasion car l'idée était venue d'un djiboutien. Ainsi a démarré notre projet de la fabrication et vente des poubelles.

Sur la base du modèle de la poubelle déjà fabriquée, les élèves et moi nous sommes attelés à concevoir une poubelle moins couteuse, plus simple et plus robuste, en suant ensemble sous la chaleur qui dépassait 45 degrés. Après plusieurs reprises de discussions avec l'OVD et de propositions d'échantillons, nous sommes arrivés à avoir la commande de 50 poubelles.

Photo

A ce stade, il ne me restait même pas 3 mois pour terminer ma mission. Néanmoins, comme quelques-uns des élèves et moi avons travaillé dur tous les jours jusqu'à la nuit, nous avons réussi à finir la soudage des 50 poubelles. Or, il restait toujours la peinture ; il fallait les peindre en orange de l'OVD. A cet effet, nous collaborions avec la section peinture de notre Centre. Alors qu'on était à la phase terminale, l'aspirateur de leur atelier est tombé en panne et leur travail a été suspendu. Ils ont repris la peinture coûte que coûte en travaillant à l'extérieur mais nous n'avons pas pu livrer la commande avant mon départ. J'aurais vraiment voulu prolonger ma période de mission si je n'avais pas d'obligation professionnelle au Japon. J'ai quitté Djibouti fin mars avec le cœur gros.

Une fois rentré dans mon pays, je me demandais toujours si mes collaborateurs du Centre étaient arrivés à installer nos poubelles. Et un jour à la mi-mai, j'ai reçu un mail d'un volontaire toujours en activité à Djibouti avec une photo ; c'était une de nos poubelles installées en ville et elle était pleine d'ordures. Ce jour-là, j'ai fêté l'aboutissement de notre projet tout seul mais en pensant à mes élèves et amis de Djibouti.

Je m'imagine, dans un futur proche, marchant dans les rues de Djibouti pour jeter mes déchets dans nos poubelles.

PAGE TOP

Copyright © Japan International Cooperation Agency