l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

13 octobre 2017

Leurs Altesses Impériales le prince et la princesse d'Akishino, la princesse Mako et la princesse Kako ont reçu des experts de la JICA de retour au Japon

photoLes quatre experts reçus en audience (de gauche à droite : Masahiro Hara, Hiroko Miura, Chiyo Mamiya et Minoru Yoshida).
photoMasahiro Hara, à gauche, avec la jeune fille qui a créé le logo du projet « École pour tous ».
photoDes résidents, qui ont été formés pour être instructeurs, conduisent une formation sur la production d'arbres.
photoVisite organisée visant à encourager la formation des guides résidents et l'interaction avec les résidents.
photoAtelier de transformation des fruits visant à aider les personnes à trouver un moyen de gagner leur vie parallèlement à l'agriculture.

Quatre experts de la JICA, rentrés au Japon après avoir travaillé dans différents pays, ont été reçus le 1er septembre par le prince et la princesse d'Akishino et leurs filles, la princesse Mako et la princesse Kako, à la résidence Akishinomiya de Moto-Akasaka, à Tokyo. Au cours de cet entretien, les experts ont rendu compte de leurs activités à l'étranger.

Des experts de la JICA de retour au Japon sont reçus par groupe de quatre à cinq par le prince et la princesse d'Akishino, depuis mai 2004. À l'occasion de cette quinzième rencontre, des experts ayant travaillé en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie ont été reçus en audience.

Promotion du projet « École pour tous » au Niger

Masahiro Hara (Asuka World Consultants, Tokyo) a été conseiller principal du projet « École pour tous » au Niger à partir de 2003. Le projet a créé un modèle pour améliorer la communication entre les parents, les résidents locaux et les enseignants, faciliter la compréhension mutuelle et créer de meilleures écoles. Le projet a ensuite étendu ce modèle à 40 000 écoles en Afrique, améliorant ainsi l'éducation.

Contribution à la protection de la nature à Madagascar

Hiroko Miura (Ic Net Limited, Osaka) est conseillère principale sur les projets de protection de la nature menés à Madagascar depuis février 2012 et qui se poursuivront jusqu'en mars 2018. Elle a établi la technique « LIFE » visant à protéger la nature avec l'aide des résidents. Cette technique commence à être reconnue dans l'ensemble du pays et à être utilisée par d'autres agences d'aide internationale.

Développement du tourisme participatif dans une ville ancienne de Jordanie

Chiyo Mamiya (Kaihatsu Management Consulting, Inc., Tokyo) a dirigé un projet de développement du tourisme participatif dans la ville antique d'Al-Salt, en Jordanie, de septembre 2012 à mai 2017. S'inspirant de l'aménagement urbain d'Hagi, une ville de la préfecture de Yamaguchi, le projet promeut un développement touristique basé sur le concept de musée écologique, où l'espace urbain est repensé comme un musée.

Contribution à l'éradication des stupéfiants dans les montagnes du Myanmar

Minoru Yoshida (Association japonaise pour la collaboration internationale en agriculture et en foresterie, Fukuoka) a travaillé trois ans en tant que conseiller principal sur un projet d'éradication des stupéfiants au Myanmar à compter de mars 2014. Le projet prévoyait la fourniture de conseils techniques visant à diversifier les moyens de subsistance, par exemple en proposant des cultures de substitution dans les montagnes où le pavot est cultivé de manière systématique et en améliorant la capacité des responsables gouvernementaux.

Leurs Altesses Impériales ont manifesté un vif intérêt et une connaissance profonde des questions abordées tout en motivant les experts sur leurs futures activités

Les quatre experts ont observé que Leurs Altesses Impériales, le prince et la princesse d'Akishino, ainsi que la princesse Mako et la princesse Kako, écoutaient avec attention et intérêt le récit de leurs activités. Ils ont notamment déclaré à l'issue de l'entretien : « J'ai été très impressionné de voir qu'ils écoutaient attentivement tout en prenant des notes ». « J'admire l'étendue de leurs connaissances et la finesse de leurs points de vue qui étaient manifestes au vu des questions qu'ils m'ont posées sur les points les plus importants et les plus difficiles du projet ». « Cela m'a motivé pour mes futures activités ».


Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale