l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

17 novembre 2017

Réduction de la pauvreté et stabilité régionale par la croissance économique et l'emploi : Les dirigeants de la JICA dressent un bilan de la situation au Moyen-Orient et en Europe ainsi que de l'aide japonaise dans ces régions

Alors que le monde concentre son attention sur la situation du Moyen-Orient et de l'Europe, notamment sur le problème des réfugiés, les responsables de la JICA ont récemment rendu compte de la situation sur le terrain et des initiatives de la JICA dans leurs pays.

Les représentants résidents (qui dirigent les bureaux de la JICA) de neuf pays et régions (Iran, Égypte, Syrie, Tunisie, Turquie, Palestine, Maroc, Jordanie et les Balkans) et le responsable de la section Irak ont organisé une séance d'information pour les médias au siège de la JICA, le 8 septembre. Ils ont parlé de la situation politique et sociale des pays où ils travaillent, en insistant sur la réduction de la pauvreté par la croissance économique et la création d'emplois, ainsi que de la nécessité de faire progresser le développement durable.

Prise en compte de la construction de la nation après-guerre et du développement des ressources humaines

photoTsutomu Kobayashi, représentant résident du bureau de la JICA en Jordanie (à droite, simultanément représentant résident du bureau de la JICA en Syrie) a qualifié la Jordanie de pays pivot essentiel à la stabilité régionale. La représentante résidente du bureau de la JICA en Palestine, Yuko Mitsui, a parlé de l'aide fournie en partenariat avec cinq autres pays asiatiques

Pour les déplacés internes et les réfugiés syriens qui se rendent vers les pays voisins, ainsi que pour les communautés qui accueillent ces réfugiés, le Japon a fourni plus de 1,9 milliard USD d'aide par le biais des agences des Nations unies depuis 2012. En outre, lors du sommet du G7 d'Ise-Shima au Japon en 2016, le premier ministre Shinzo Abe a annoncé une aide de 6 milliards USD, notamment la formation d'environ 20 000 personnes pour le développement des ressources humaines. L'« initiative japonaise pour l'avenir des réfugiés syriens » (« JISR » pour « Japanese Initiative for the future of Syrian Refugees »), à travers laquelle 100 réfugiés syriens doivent être acceptés sur cinq ans en tant qu'étudiants de second cycle, fait partie de cette aide. Le programme a commencé avec l'arrivée du premier groupe de 19 étudiants au Japon après la mi-août, a indiqué Tsutomu Kobayashi, représentant résident du bureau de la JICA en Syrie.


photoLa centrale thermique de Hartha dans la province de Bassora, dans le sud de l'Irak, a été réparée et a repris ses activités.

La situation budgétaire de l'Irak est désastreuse en raison du conflit armé contre l'organisation État islamique et de la baisse des recettes provenant de la chute du prix du pétrole brut. « L'Irak possède la cinquième réserve de pétrole brut au monde, mais elle doit réduire sa dépendance au pétrole et diversifier son industrie. En outre, le nord de l'Irak, récemment libéré de l'organisation État islamique, aurait besoin de 100 milliards USD pour la reconstruction au cours des 10 prochaines années, et nous allons réfléchir aux moyens de répondre à ces besoins », a déclaré Masanori Yoshikawa, directeur de la division Moyen-Orient. 2. L'aide devrait être utilisée principalement pour l'infrastructure.


En se concentrant sur le potentiel du secteur du tourisme, les entreprises japonaises affichent une volonté de développer leurs activités

La réduction de la pauvreté et le développement durable par la croissance économique et la création d'emplois sont nécessaires au Moyen-Orient et en Europe.

photoLa vieille ville de Salt, en Jordanie, où la JICA a déployé une aide pour le développement du tourisme.

La Jordanie, qui a accepté de nombreux réfugiés palestiniens et syriens malgré son manque de compétitivité industrielle et de ressources naturelles, est un cas typique. « En Jordanie, il existe non seulement des disparités entre les réfugiés et les citoyens, mais aussi entre les hommes et les femmes et entre les personnes handicapées et les personnes en bonne santé », a déclaré M. Kobayashi, représentant résident du bureau de la JICA en Jordanie (également représentant résident du bureau de la JICA en Syrie). « Tout en travaillant à la réduction des inégalités, nous aidons également le secteur du tourisme, qui a un fort potentiel de croissance et de création d'emplois » a-t-il déclaré.


photoLe parc agro-industriel de Jéricho, à Jéricho, en Palestine, où une usine est entrée en service.
photoLe représentant résident du bureau de la JICA au Maroc, Hitoshi Tojima, à droite, et le représentant résident du bureau de la JICA en Tunisie, Toshifumi Egusa, évoquent le séminaire commercial Maroc-Tunisie.
photo« Plus de 90 % des réfugiés syriens vivent dans des villes. Il est important de soutenir les communautés qui les accueillent », a déclaré la représentante résidente du bureau de la JICA en Turquie, Mayumi Endoh, à droite. Hideya Kobayashi, représentant résident du bureau de la JICA dans les Balkans, à gauche, a parlé d'un projet en cours en Bosnie-Herzégovine pour susciter la confiance par l'éducation sportive.

« Dans la région de Jéricho, le parc agro-industriel de Jéricho a commencé à fonctionner. Il devrait exporter ses produits via la Jordanie vers divers pays du golfe Persique. En outre, pour attirer les touristes, une installation est créée pour observer la plus grande mosaïque du Moyen-Orient, située à Jéricho », a déclaré Yuko Mitsui, représentante résidente du bureau de la JICA en Palestine en évoquant les projets majeurs entrepris par son bureau.

Dans la région des Balkans, les pays candidats à l'adhésion à l'Union européenne doivent mettre les normes environnementales de leurs pays en conformité avec les normes de l'UE, notamment au niveau de la pollution de l'air et du traitement des déchets. « La JICA fournit une aide qui exploite la technologie environnementale de pointe du Japon, notamment en installant des équipements de désulfuration des gaz de combustion dans les centrales thermiques. De plus, compte tenu du taux de chômage élevé dans la région, nous déployons également une aide pour les petites et moyennes entreprises afin de stimuler l'économie et créer des emplois », a déclaré Hideya Kobayashi, représentant résident du bureau de la JICA dans les Balkans.

Le représentant résident du bureau de la JICA au Maroc, Hitoshi Tojima, a indiqué que le nombre d'entreprises japonaises développant des activités au Maroc avait augmenté ces dernières années. Il a expliqué qu'avec la stabilisation de sa situation politique, le Maroc avait conclu des accords de libre-échange avec plus de 50 pays (représentant plus d'un milliard de personnes), et qu'il devenait une plaque tournante (base d'extension) de plus en plus stratégique entre l'Europe, le Moyen-Orient et l'Afrique.

« Les multiples attentats terroristes de 2015 ont entraîné une baisse importante du nombre de touristes, mais il n'y a pas eu de gros incidents terroristes depuis, grâce à la vigilance des autorités et d'autres facteurs », a expliqué Toshifumi Egusa, représentant résident du bureau de la JICA en Tunisie, à propos de la situation locale. « En juin, le nombre de touristes était de en hausse, d'environ 50 % par rapport à la même période l'année dernière », a-t-il ajouté. « Depuis l'attentat dans la boîte de nuit en janvier, aucune attaque terroriste majeure visant le grand public n'a eu lieu. La sécurité frontalière avec la Syrie a également été renforcée », a expliqué Mayumi Endoh, représentante résidente du bureau de la JICA en Turquie.


Les grands pays de la région recherchent le savoir-faire japonais

photo« Les sanctions économiques ont été levées et de nombreuses entreprises européennes viennent en Iran », a déclaré le représentant résident du bureau de la JICA en Iran, Yukiharu Kobayashi.

L'Iran, qui compte 80 millions d'habitants, dispose de ressources naturelles abondantes, notamment de gaz naturel et de pétrole. L'économie et l'emploi figuraient parmi les problèmes majeurs évoqués lors de l'élection présidentielle de mai.

« L'Iran est très intéressé par la technologie et le savoir-faire japonais. C'est pourquoi, en plus de mener des projets de coopération technique en matière de réduction des risques sismiques, de protection de l'environnement, de gestion des ressources hydriques et d'énergie propre, nous allons coopérer dans des domaines tels que la création d'emplois, l'amélioration des infrastructures et les soins de santé » a déclaré Yukiharu Kobayashi, représentant résident du bureau de la JICA en Iran.


photoLe représentant résident du bureau de la JICA en Égypte, Teruyuki Ito, à gauche, parle de deux nouveaux départements de l'Université Égypte-Japon des sciences et de la technologie. « Le nord est la clé du rétablissement », a déclaré Masanori Yoshikawa à propos de l'Irak.

La croissance économique et la réduction des inégalités sont également des problèmes en Égypte. Dans ce pays, parallèlement aux infrastructures telles que l'énergie électrique, les transports et l'irrigation, la JICA met l'accent sur la coopération au développement des ressources humaines. En 2016, les deux pays ont lancé le partenariat Égypte-Japon pour l'éducation. Grâce à une coopération tirant parti des caractéristiques particulières de l'éducation japonaise, le partenariat vise à former des ressources humaines pour le système éducatif égyptien dans son ensemble. « Des écoles Égypte-Japon sont en cours de création. Elles intégreront des activités autres que les cours, comme le nettoyage et la nomination d'un chef de classe pendant une journée », a déclaré Teruyuki Ito, représentant résident du bureau de la JICA en Égypte.

Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale