l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

27 décembre 2017

Forum CSU 2017 : Adoption de la déclaration de Tokyo sur la couverture santé universelle pour parvenir à la santé pour tous. Le président de la JICA, Shinichi Kitaoka, affirme l'engagement de la JICA en faveur de la CSU

Le Forum CSU 2017 a eu lieu au Tokyo Prince Hotel, les 13 et 14 décembre.

L'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a co-organisé le Forum avec la Banque mondiale ; l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ; le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) ; CSU2030[1] ; le ministère des Finances, le ministère des Affaires étrangères ; et le ministère de la Santé, du travail et du bien-être du Japon. Des responsables gouvernementaux de haut niveau de divers pays, des représentants d'agences internationales et des experts – dont le premier ministre japonais Shinzo Abe et le secrétaire général des Nations unies António Guterres – se sont réunis et ont adopté la déclaration de Tokyo sur la couverture santé universelle, un engagement à réaliser la couverture santé universelle (CSU) d'ici 2030.

La couverture santé universelle (CSU) consiste à assurer l'accès à des services de santé essentiels et de qualité à l'ensemble de la population. Cela comprend les services de santé publique pour promouvoir une meilleure santé, la prévention des maladies et la fourniture de soins curatifs, palliatifs et de réadaptation de qualité suffisante sans que ces services n'exposent les usagers à des difficultés financières. Selon le « Rapport de suivi mondial 2017 de la couverture santé universelle », publié le 13 décembre par l'OMS et la Banque mondiale, au moins la moitié de la population mondiale (3,5 milliards de personnes) n'a toujours pas accès à des services de santé essentiels de qualité pour protéger et promouvoir la santé ; 800 millions de personnes consacrent au moins 10 % de leur budget à des dépenses de santé directes ; et près de 100 millions de personnes tombent dans l'extrême pauvreté chaque année à cause des coûts de santé. La CSU est intégrée à l'une des cibles des objectifs de développement durable (ODD)[2], que la communauté internationale s'est engagée à atteindre à partir de 2015.

Le Forum a eu lieu dans le but de discuter de la manière d'atteindre la CSU d'ici 2030, année cible des ODD. Pour présenter les contributions de la JICA, le président de la JICA, Shinichi Kitaoka et le vice-président Takao Toda ont pris la parole lors de la conférence principale, les 13 et 14 décembre, et la JICA a organisé ou co-organisé plusieurs événements parallèles, les 12 et 15 décembre.

photoIntervenants d'agences co-organisatrices avec le président de la JICA, Shinichi Kitaoka (à droite)

1. Conférence principale (13-14 décembre)

Lors de la séance d'ouverture du 14 décembre, M. Abe a prononcé le discours d'ouverture. Parmi les autres intervenants figuraient M. Guterres ; le président sénégalais Macky Sall ; le président du Myanmar, Htin Kyaw ; Bill Gates, coprésident de la fondation Bill & Melinda Gates (dans un message vidéo) ; le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim ; le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom ; le directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake ; le président de l'Association médicale mondiale, Yoshitake Yokokura ; et M. Kitaoka. Avec les dirigeants des différents pays et organisations, la JICA a fermement déclaré son engagement à promouvoir la couverture santé universelle.

photoLe président de la JICA, Shinichi Kitaoka, prononce un discours.

M. Kitaoka a déclaré que la santé est le droit le plus fondamental de tout être humain. Il a parlé de l'expérience du Japon dans la réalisation de la CSU dès 1961 et de son rôle moteur dans la croissance économique rapide du Japon après la deuxième guerre mondiale. Son discours insistait sur le caractère fondamental de la santé pour la stabilité sociale et la croissance économique. M. Kitaoka a également rappelé que la santé unit le monde en exigeant de se réunir par-delà les différences de nationalités, d'ethnies et de religions pour protéger le bien-être des populations. La CSU doit être atteinte en créant une société de promotion de la santé, notamment en parvenant à un approvisionnement en eau salubre et un assainissement appropriés, mais aussi en favorisant la nutrition et l'éducation pour la réalisation de divers ODD. Il s'est engagé à travailler sans relâche avec plus de 140 pays dans le domaine de la santé.

Lors de la séance de clôture de la soirée du 14 décembre, à l'issue du Forum, la déclaration de Tokyo sur la couverture santé universelle a été adoptée. Les piliers de la déclaration – en tant qu'engagement à atteindre la CSU d'ici 2030 – comprennent le renforcement de la dynamique mondiale, l'accélération des processus menés par les pays et l'innovation. Après la présentation de la déclaration par le ministre de la Santé, du travail et des affaires sociales du Japon, Katsunobu Kato, M. Kitaoka a souligné la valorisation par la JICA de la sécurité humaine et du développement centré sur l'être humain, et l'incarnation de ces deux valeurs par la promotion de la CSU. Il a promis, conformément aux piliers de la déclaration, que la JICA 1. jouera un rôle de leadership aux côtés d'autres acteurs dans le renforcement de la dynamique mondiale, 2. travaillera avec les partenaires de développement, la société civile et le secteur privé et 3. renforcera son partenariat avec les organismes de recherche et le secteur privé pour promouvoir l'innovation. Le vice-premier ministre et ministre des Finances, Taro Aso, a prononcé le discours de clôture. Il a rappelé la nécessité d'un engagement des ministres des Finances de chaque pays pour mobiliser les ressources financières indispensables à la réalisation de la CSU, ainsi que l'importance d'une utilisation efficace du financement international, y compris des outils de financement innovants.

Lors des discussions ministérielles et techniques du 13 décembre en amont du Forum de haut niveau, des informations ont été partagées sur les progrès de la CSU et de la réponse aux urgences de santé publique au niveau mondial ainsi que sur la manière dont les diverses initiatives internationales ont promu la CSU. Les thèmes abordés dans les ateliers comprenaient les systèmes de santé, les ressources humaines pour la santé, le financement de la santé, l'accès aux médicaments et le vieillissement de la société, autant de questions primordiales pour la couverture santé universelle. M. Toda, de la JICA, s'est exprimé lors de la séance d'ouverture sur la réduction des inégalités et la nécessité d'une approche multisectorielle. Il a annoncé la volonté de la JICA de mener des actions proactives au sein du mouvement mondial vers la CSU et il a appelé à promouvoir davantage l'apprentissage mutuel et la collaboration avant de conclure qu'il ne tient qu'à nous de faire de la CSU un mirage ou un miracle.

photoLettre d'intention signée avec les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies

2. Événements parallèles (12 et 15 décembre)

La JICA a accueilli ou co-organisé quatre événements parallèles et présenté ses activités : 1. résilience face aux urgences de santé publique et réseau de laboratoires sur les maladies infectieuses, 2. suivi de la CSU au Sénégal à travers une enquête auprès des ménages ; 3. contribution à la CSU par le renforcement du continuum de soins maternels, néonatals et infantiles et 4. utilisation des données pour faire avancer la CSU en Thaïlande. Lors de l'événement parallèle sur le premier point, une cérémonie a été organisée pour signer une lettre d'intention avec les Centres africains de contrôle et de prévention des maladies afin de renforcer leur capacité à répondre aux urgences sanitaires en Afrique. Des représentants de l'Agence des États-Unis pour le développement international et des Centres de contrôle et de prévention des maladies (« Centers for Disease Control and Prevention », CDC) des États-Unis ont participé.

Les représentants de la JICA ont également pris la parole lors de six événements parallèles organisés par d'autres agences. Ils ont présenté en détail les activités de la JICA et échangé des points de vue sur la manière d'atteindre la CSU.


photoRencontre avec le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom
photoRencontre avec Anthony Lake, directeur exécutif de l'UNICEF

3. Réunions avec des dignitaires

Profitant de leurs visites au Japon à l'occasion du Forum, M. Kitaoka a rencontré M. Guterres, M. Kim, M. Tedros, M. Lake et M. Mark Suzman (directeur de la Stratégie et président, Politique et plaidoyer mondiaux de la Fondation Bill et Melinda Gates), entre autres responsables. Au cours de ces réunions, il a été convenu de promouvoir la collaboration et les partenariats dans un large éventail de domaines, en reconnaissant l'importance d'une approche multisectorielle au-delà de la santé.

Le choix de ce Forum par M. Guterres comme premier voyage au Japon depuis sa prise de fonctions en tant que secrétaire général des Nations unies a montré l'importance de l'approche multisectorielle pour atteindre la CSU et le caractère incontournable de la CSU pour atteindre les ODD.

Sur la base de la déclaration de Tokyo sur la couverture santé universelle, la JICA travaillera avec le gouvernement japonais et d'autres partenaires de développement en vue de renforcer la dynamique mondiale. En outre, la JICA accélérera l'aide aux pays en développement, parallèlement à la coopération technique et l'assistance financière, afin de fournir des services de santé de base et une protection financière à un plus grand nombre de personnes.


Notes

  • [1] CSU2030 est une plateforme internationale multipartite qui encourage le travail de collaboration aux niveaux mondial et national sur le renforcement des systèmes de santé, en préconisant un engagement politique accru envers la CSU et en facilitant la responsabilisation et le partage des connaissances. Depuis 2017, le vice-président de la JICA, Takao Toda, est coprésident du comité directeur CSU2030.
  • [2] Ensemble d'objectifs de développement international pour la période 2016-2030 énumérés dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et adoptés lors du sommet des Nations unies de septembre 2015. Composés de 17 objectifs, 169 cibles et 244 indicateurs, les ODD ont pour philosophie de « Ne laisser personne de côté ».

photo

Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale