l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

10 août 2018

Soins de maternité humanisés : Des accouchements sans risque répondant avec douceur aux besoins des mères et des nouveau-nés au Sénégal

«Vous allez bientôt voir votre bébé !»

Une sage-femme soutient avec bienveillance le dos d'une femme enceinte tout en lui parlant d'une voix douce. La future maman s'allonge sur un lit propre en se relevant parfois pour trouver, avec l'aide de la sage-femme, la position la plus confortable possible avant le grand événement.

PhotoUne femme regarde dans les yeux son bébé qui vient juste de naître en parfaite santé.

Dans ce centre de santé de la région de Tambacounda, au sud-est du Sénégal, à 500 kilomètres de Dakar, la capitale, un petit garçon en pleine santé vient de venir au monde.

«J'ai réussi à me sentir bien et à accoucher dans de bonnes conditions grâce à la sage-femme qui est restée constamment à mes côtés», déclare la jeune maman.

La sage-femme a accompagné la mère dès l'annonce de sa grossesse.

Les conditions d'accouchement sont en train de changer au Sénégal. Les installations de santé autrefois craintes et évitées par les femmes enceintes à cause des mauvaises conditions sanitaires et de la qualité insuffisante des prestations médicales deviennent des endroits où elles peuvent donner naissance en toute tranquillité grâce à des soins adaptés. Aujourd'hui, une proportion de plus en plus importante de femmes accouchent dans des installations de santé tandis que la mortalité néonatale est en chute.

Avec le ministère de la Santé et de l'action sociale du Sénégal, la JICA promeut «des accouchements sans risque répondant avec douceur aux besoins des mères et des nouveau-nés».


Le Sénégal crée un modèle original pour un continuum de soins pour les mères, les nouveau-nés et les accouchements

PhotoDes femmes enceintes attendent d'être examinées sous un soleil de plomb.

«Une longue file de femmes enceintes attendaient, des heures durant, leur tour devant la salle de consultation d'un centre de santé sous un soleil de plomb. La température avoisinait les quarante degrés. La pièce où elles devaient accoucher était sale, envahie par les mouches et emplie d'une odeur pestilentielle».

Voici la description donnée par l'experte de la JICA Miho Goto, suite à sa visite d'un centre de santé de la région de Tambacounda lors d'une étude menée il y a dix ans. Des femmes enceintes en plein travail étaient livrées à elles-mêmes et les enfants naissaient parfois dans les couloirs sans supervision médicale.

Au Sénégal, à cause de la croyance erronée des prestataires de santé selon laquelle «un accouchement doit avoir lieu rapidement», des interventions médicales dangereuses ont été pratiquées, comme pousser le bébé en dehors du ventre de sa mère, soumettant les mères à des risques accrus. Une sage-femme confie avec regret avoir crié sur une femme enceinte à cause de l'irritation provoquée par le manque de ressources humaines et d'équipements médicaux.

Afin de contribuer à des accouchements doux et sans risque pour les mères et les nouveau-nés, la JICA mène le projet de renforcement des soins de santé maternelle et néonatale au Sénégal depuis 2009. En se basant sur une étude de la région de Tambacounda, la JICA a créé un modèle original de soins pour les mères, les nouveau-nés et les accouchements avec le ministère de la Santé et de l'action sociale du Sénégal. En partenariat avec les centres de santé régionaux, la JICA soutient l'amélioration des installations et la formation des ressources humaines pour la santé.


PhotoUne sage-femme, à droite, prodigue des soins à une mère et son enfant après l'accouchement.

La clé de voûte de ce modèle réside dans les «soins de maternité humanisés» un concept à la base des soins prodigués par les sages-femmes au Japon. Ce concept s'inspire de l'idée selon laquelle lorsque la mère et l'enfant sont tous les deux en bonne santé, l'accouchement doit avoir lieu d'une manière respectueuse des capacités humaines originelles – celui d'une mère à donner naissance et celui d'un enfant à naître – à l'aide d'une médecine fondée sur les faits dans un environnement propre et sain.

Au Japon, le fait de pouvoir donner naissance sans difficulté dans un environnement sain est tenu pour acquis, mais chaque jour dans le monde, plus particulièrement dans les pays en développement, 830 mères meurent de causes évitables liées à la grossesse ou à l'accouchement*. Ces «soins de maternité humanisés» sont réévalués et considérés, parallèlement à la création d'installations de soins obstétriques, comme une initiative visant à réduire les taux de mortalité maternelle et néonatale dans les pays en développement.


Les «Bajenu Gox», mères de la communauté, promeuvent des accouchements sans risque

PhotoDes classes sont organisées dans plusieurs villages afin de partager des connaissances correctes sur l'accouchement. Une «Bajenu Gox» portant un T-shirt rose joue le rôle d'une femme enceinte pour montrer les positions d'accouchement tandis qu'une sage-femme fournit des explications.

Le modèle de soins pour les mères, les nouveau-nés et les accouchements introduit au Sénégal dès 2009 a été diffusé dans les 14 régions du pays et dans près de 100 installations de santé à ce jour. Dans chaque village, des femmes disposant d'une expérience en matière d'accouchements, baptisées «Bajenu Gox» et considérées comme des «mères de la communauté», s'attellent à diffuser des connaissances sur l'accouchement sans risque en se basant sur ce modèle.

«Il est important de se faire régulièrement examiner lorsque l'on est enceinte», explique une «Bajenu Gox» lors d'un cours. «Vous vous sentirez à l'aise dans les installations de santé, car des sages-femmes compétentes vous aideront lors de l'accouchement».

Les «Bajenu Go», avec les sages-femmes locales, organisent des classes dans plusieurs villages pour enseigner des connaissances correctes liées à l'accouchement. Elles conseillent les femmes sur la grossesse et la naissance et les accompagnent lors des examens dans les installations de santé.


PhotoL'experte de la JICA, Miho Goto, à droite, enseigne dans une installation de santé au Sénégal la méthode kangourou qui consiste à porter son enfant directement sur la poitrine en peau à peau.

«Il est possible de protéger les vies des mères et des bébés qui n'auraient jamais dues être mises en danger. À bien des égards, le Japon aurait beaucoup à apprendre de cette initiative regroupant le gouvernement, les installations de santé et les communautés pour mobiliser les résidents et améliorer les soins de santé communautaire», explique Mme Goto.

Le Sénégal intègre ce modèle dans sa politique de santé maternelle et infantile et souhaite l'appliquer à toutes ses installations de santé. La JICA soutient cet effort.


Les initiatives de soins de maternité humanisés se poursuivent depuis près de 20 ans

Les initiatives de «soins de maternité humanisés» de la JICA ont pour origine le projet d'amélioration des soins de santé maternelle et infantile au nord-est du Brésil, mis en œuvre pendant cinq ans à partir de 1996. Avant le début du projet, la surmédication et les interventions médicales inadaptées provenant d'une dépendance excessive vis-à-vis des soins médicaux étaient de plus en plus répandues au Brésil, par ailleurs dépourvu de sages-femmes. De plus, les femmes recevaient des traitements inhumains liés à des services médicaux de mauvaise qualité, ce qui se traduisait par des taux de mortalité maternelle et néonatale élevés.

PhotoLe personnel obstétrique reste auprès d'une femme enceinte pour lui prodiguer un massage. Les projets de la JICA ont changé les attitudes des prestataires de santé vis-à-vis de l'accouchement au Brésil. (Photo : Sakae Kikuchi)

À travers ce projet centré sur la diffusion de «soins de maternité humanisés», les attitudes des prestataires de santé brésiliens vis-à-vis de l'accouchement ont changé. Les interventions médicales inutiles et inadaptées ont reculé tandis que des soins plus humains et plus chaleureux ont commencé à être prodigués et que les services de santé maternelle et infantile ont été fortement améliorés, notamment les maisons d'attente de maternité gérées par des infirmiers obstétriciens.


PhotoUn bébé tout juste né dans une installation médicale de l'État de Ceara au Brésil. Les soins de maternité humanisés qui protègent la sécurité et la dignité de la mère et de l'enfant sont une bénédiction pour toute la famille. (Photo : Sakae Kikuchi)

Près de 20 ans ont passé depuis. Afin de généraliser la protection de la sécurité et de la dignité des mères et des bébés lors des naissances, la JICA continue de mener des initiatives de soins de maternité humanisés dans huit pays dont le Sénégal, le Mozambique et le Cambodge.


Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale