l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

12 décembre 2018

Instaurer au Laos un système de soins de santé permettant à tous de mener une vie sereine

PhotoUne femme porte du bois de chauffage dans un village du bassin du fleuve Mékong.

La couverture santé universelle (CSU) a pour but de permettre à tout individu d'utiliser les services de santé dont il a besoin, tout en veillant à ce que ces services n'exposent pas l'usager à des difficultés financières. Le 12 décembre est la Journée internationale de la couverture santé universelle (CSU), l'une des cibles des ODD.

Près de 70 % du territoire du Laos se trouvant dans des régions montagneuses, ses différentes régions sont isolées et sa population relativement faible, avec seulement six millions d'habitants. Ce pays enclavé, situé au centre de la péninsule indochinoise, compte parmi les moins développés de l'ANASE. Dans cet article, nous abordons les initiatives du Laos pour atteindre la CSU et les activités de coopération de la JICA pour y parvenir.


Atteindre la CSU à l'horizon 2025

PhotoUne initiative visant à former des ressources humaines pour la santé maternelle et infantile dans un hôpital de Vientiane.

La JICA assure une coopération au Laos principalement dans le domaine de la santé maternelle et infantile. Depuis 2016, le gouvernement du Laos a fait de la réforme du secteur de la santé un enjeu prioritaire. Dans cette optique, il s'est fixé trois objectifs nationaux : «améliorer l'accès aux services de santé de base» et «renforcer la protection financière des usagers de soins» d'ici 2020, et «parvenir à la CSU» d'ici 2025. Tout en poursuivant la coopération menée jusqu'à présent, la JICA soutient les initiatives visant à réaliser la CSU au Laos.

Pour y parvenir, l'introduction d'un système de licences pour les médecins, les dentistes et les infirmiers/sages-femmes est envisagée. Le Laos appartient à la catégorie des «pays souffrant d'un manque critique de ressources humaines pour la santé» selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), et il est en outre dépourvu de systèmes de qualification ou de licences pour les professionnels de santé. La JICA estime que son aide permettra d'aboutir à la création d'un examen national et d'autres systèmes pour les infirmiers tout en accélérant l'amélioration de la qualité des ressources humaines pour la santé.


PhotoLe personnel hospitalier discute des moyens d'améliorer les dossiers médicaux.

Pour renforcer la qualité des services de soins de santé, la JICA mène le projet d'amélioration de la qualité des services de soins de santé dans quatre provinces du sud du Laos depuis 2016. Dans des domaines tels que la santé maternelle et infantile, la méthode kaizen est utilisée pour obtenir des résultats dans les hôpitaux de province et de district ainsi que dans les centres de santé, et ces initiatives devraient à terme être appliquées au niveau national. En tenant compte des idées du personnel de chaque hôpital et sur chaque lieu de travail, le projet crée des listes de contrôle des points mettant l'accent sur la qualité et veille à leur bonne utilisation. Les listes ont été introduites dans des hôpitaux provinciaux de quatre provinces, et dans sept hôpitaux de district à la fin octobre.

La JICA travaille également avec les grands centres hospitaliers sur la modernisation des installations et des équipements médicaux.


Conseils au ministère de la Santé sur les politiques et initiatives

PhotoLe Dr Hiromi Obara, experte de la JICA, travaille en tant que conseillère sur les politiques de santé auprès du ministère de la Santé du Laos. Elle s'est vu remettre par la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique un prix récompensant les femmes obstétriciennes et gynécologues.

Pour connecter ces initiatives entre elles et afin que le Laos puisse progresser de manière cohérente, en 2016, la JICA a envoyé une experte, le Dr Hiromi Obara, en tant que conseillère auprès du ministère de la Santé du Laos. Elle donne des conseils sur les politiques, stratégies et plans, fournit un soutien technique et assure la coordination et le partage d'informations avec divers partenaires de développement dans le secteur de la santé en vue d'atteindre la CSU.

«Au Laos et dans d'autres pays, les femmes enceintes vivent souvent dans la pauvreté, elles hésitent donc à consulter un médecin. Lorsqu'elles finissent par le faire, elles ont parfois contracté une maladie grave et ne peuvent être sauvées, ou leurs frais médicaux sont extrêmement élevés et elles tombent un peu plus dans la pauvreté. Pour moi, tout commence avec la conviction qu'il est profondément injuste de ne pas pouvoir recevoir de soins médicaux parce que l'on est pauvre», explique le Dr Obara.

Selon le Dr Obara, le Laos a la plus faible densité de population des dix pays de l'ANASE, et il est difficile d'accéder aux installations de santé dans les régions montagneuses et reculées. «J'ai d'abord pensé qu'il allait être difficile de reproduire au Laos les succès atteints dans des pays comme le Cambodge ou le Vietnam, notamment l'approche consistant à former des volontaires de santé dans chaque village, afin qu'ils visitent les habitants et assurent le suivi des traitements médicaux».

Le Dr Obara a mis à profit l'expertise et le réseau des volontaires japonais pour la coopération à l'étranger (JOCV) travaillant en tant qu'infirmiers ou sages-femmes dans des hôpitaux de province et de district, en particulier dans le domaine de la santé maternelle et infantile, où la JICA a déployé une coopération continue. Le carnet de santé maternelle et infantile a été révisé en incorporant les suggestions des JOCV qu'elle a recueillies.

En coordination avec le ministère de la Santé et les partenaires de développement, elle a également participé à l'élaboration de la «Stratégie nationale d'assurance santé 2017-2020», notamment de la stratégie et des documents de planification pour atteindre la CSU.

Un sens des responsabilités au service du développement des ressources humaines et de l'édification de systèmes

Le Dr Obara a assuré une coopération pour l'amélioration et le développement de la santé maternelle et infantile dans plusieurs pays, dont le Laos et le Cambodge, pendant près de 20 ans, et elle a participé à l'élaboration des lignes directrices de l'OMS. En reconnaissance de ces actions, elle s'est vu remettre un prix spécial récompensant les femmes obstétriciennes et gynécologues par la Fédération internationale de gynécologie et d'obstétrique en octobre 2018.

PhotoUn médecin local donne une présentation devant un comité enquêtant sur le décès d'une mère. La CSU fait l'objet de fortes attentes pour prévenir ce type de tragédie.

Le Dr Obara est très optimiste sur l'avenir du Laos : «Les meilleurs médecins du pays forment la prochaine génération et participent au développement de systèmes médicaux, parallèlement à leurs consultations. Ils assument des obligations que l'on ne pourrait envisager au Japon, et ce sens des responsabilités est impressionnant».

La JICA continuera de fournir une coopération en vue d'atteindre la CSU au Laos par une aide diverse portant simultanément sur les politiques, les systèmes, les services et les installations.


Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale