l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

23 mai 2019

VERS LA TICAD 7 : «L'Afrique et moi» Partie 5 – Promouvoir le développement de l'Afrique à travers des partenariats avec des entreprises privées : Koichiro Yamamoto, membre du département des infrastructures et de la consolidation de la paix de la JICA

Le renforcement des partenariats avec les entreprises privées est l'un des thèmes majeurs de la septième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD 7) qui se tiendra au mois d'août prochain. La JICA a invité les entreprises privées à soumettre des propositions d'activités visant à résoudre les problèmes de l'Afrique. Par ailleurs, durant les mois de janvier et février, la JICA a organisé quatre visites d'étude dans sept pays africains pour identifier les enjeux régionaux et les partenariats potentiels avec des entreprises locales.

PhotoM. Yamamoto (à droite) échange ses vues durant une visite du site de construction de la sous-station de Namialo au Mozambique (projet de don).

Koichiro Yamamoto, membre du département des infrastructures et de la consolidation de la paix de la JICA, s'est rendu au Nigéria et au Mozambique avec sept entreprises privées japonaises dans le cadre d'une visite d'étude autour du thème des transports urbains et de la promotion de la distribution dans le corridor économique. Le cinquième article de notre série intitulée VERS LA TICAD 7 : «L'Afrique et moi» présente les efforts d'un nouvel employé de la JICA utilisant son expérience de la vente chez un grand fabricant de machines pour rapprocher des entreprises privées africaines et japonaises.


Un facilitateur de partenariats entre des entreprises privées et des organisations locales

La population du Nigéria est concentrée à Lagos, la plus grande ville du pays, et ses alentours. Abuja, la capitale, a également vu sa population croître de façon spectaculaire. Le développement des infrastructures n'a pas été à la hauteur des enjeux démographiques et les villes sont confrontés aux embouteillages, aux accidents de la route et à la pollution atmosphérique, entre autres problèmes.

PhotoUne file de camions bloqués dans les embouteillages à Lagos


Sept entreprises japonaises ont participé à la visite d'étude : Otowa Electric, Frank Japan, Chugai Yukagaku Kogyo, Tsuji Plastics, Tanaka Scale Works, NEC et Hitachi Zosen. Ces entreprises ont été sélectionnées en fonction de plusieurs critères tels que la contribution à la réalisation des ODD. Au cours de cette visite d'une semaine, M. Yamamoto a travaillé avec le bureau local de la JICA pour organiser des réunions avec les ministères concernés, une dizaine d'entreprises locales et d'autres acteurs issus notamment des secteurs de la distribution et de la construction. Avec les représentants des sept entreprises japonaises, ils ont rencontré des responsables publics et des dirigeants d'entreprises pour échanger leurs vues après les visites à Lagos et Abuja.

«Mon rôle est de faciliter le rapprochement entre les entreprises privées japonaises – qui deviennent partenaires de la JICA – et les pays en développement», explique M. Yamamoto. «Ce voyage a été une belle occasion de réfléchir ensemble aux enjeux locaux et à ce que nous pouvons faire pour l'Afrique».

Au Mozambique, le groupe s'est rendu dans le corridor de Nacala qui fait office de base de développement. Le corridor est situé au nord du Mozambique et s'étend du port de Nacala jusqu'aux pays enclavés voisins, notamment le Malawi et la Zambie. Ils ont également été rencontrer des représentants de ministères et d'entreprises de distribution concernés pour mieux comprendre les problèmes liés à la promotion de la distribution dans la région.

Utiliser les technologies japonaises pour résoudre les problèmes de développement

PhotoLe président Tanaka (à droite) de Tanaka Scale Works présente les produits de sa société dans un incubateur d'entreprises au Nigéria.

Durant la visite d'étude, les entreprises participantes ont proposé plusieurs idées d'activités susceptibles d'apporter des solutions aux problèmes locaux.

Lors du séminaire de diffusion de l'information sur les défis du développement organisé après le retour au Japon, la société Tanaka Scale Works (de la préfecture de Niigata) a exposé les problèmes d'accident de la circulation et de détérioration des routes dus à la surcharge des camions. L'entreprise a présenté son système de balance intégré à la route permettant de mesurer la charge d'un camion lors de son passage.


Tanaka Scale Works a fait part des fortes attentes de l'agence gouvernementale chargée des routes et des travaux publics au Nigéria vis-à-vis de ce système. En effet, la surcharge des véhicules est devenue un problème social majeur et le système japonais serait très utile pour appréhender les contrevenants.

Yasuyuki Tanaka, président de Tanaka Scale Works, a déclaré : «Nous avons beaucoup appris lors de la visite d'étude. Nous avons vu des files de camions surchargés de matériaux de construction attendre autour du port et des embouteillages chroniques sur les ponts – il y a un réel besoin de gestion des charges de véhicules». Il a exprimé son souhait de mener d'autres études afin de lancer son activité dès que possible.

Les autres entreprises participantes ont également cherché comment appliquer leurs technologies à la résolution de problèmes locaux et démarrer une activité. On peut notamment citer le raccourcissement de la durée des travaux sur les routes grâce à un enrobé à séchage rapide pour la réparation des nids-de-poule et l'adoption d'un système d'étiquetage électronique pour le suivi de la distribution.

Les liens personnels et le sens de la mission permettent d'instaurer des relations durables

PhotoLes participants de la visite d'étude découvrent le port de Nacala, au Mozambique.

Depuis la cinquième conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique (TICAD V) en 2013, la JICA met l'accent sur le corridor nord d'Afrique de l'Est, le corridor de Nacala et l'anneau de croissance d'Afrique de l'Ouest, et contribue au développement régional complet de ces trois zones. Des schémas directeurs, axés sur les routes reliant les côtes à l'intérieur du continent ainsi que sur les ports et les havres, ont été formulés. Le développement des infrastructures et des industries est également encouragé.


Selon M. Yamamoto, «un développement industriel mobilisant les atouts régionaux et l'amélioration de l'infrastructure de transport reliant les côtes et l'intérieur du continent sont essentiels pour promouvoir la distribution et développer l'ensemble du corridor économique tout en réduisant les inégalités».

Il explique également en quoi la visite d'étude a modifié sa perception des partenariats avec le secteur privé : «La volonté d'être utile aux populations dans le besoin par la fourniture de produits et de services et de contribuer au développement – ce sens de la mission est aussi fort chez nous que dans les entreprises privées. J'ai été touché par la passion des participants de la visite d'étude en Afrique. Cela m'a permis de comprendre à quel point il est important d'utiliser nos atouts respectifs pour résoudre les défis rencontrés par l'Afrique».

Le travail de rapprochement des entreprises privées japonaises et africaines entrepris par M. Yamamoto ne fait que commencer.

Koichiro Yamamoto
Membre du département des infrastructures et de la consolidation de la paix de la JICA. Il a rejoint la JICA en janvier 2018 après avoir travaillé en tant que responsable commercial pour un grand fabricant de machines. Il est actuellement chargé du développement des infrastructures et des projets de planification urbaine en Afrique et en Asie. Il est né dans la préfecture d'Aichi.

Photo

Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale