l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

6 janvier 2020

[Le sport pour l'avenir Vol. 1] Encourager les initiatives des villes-hôtes pour les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo en 2020

Les Jeux olympiques et paralympiques vont s'ouvrir en 2020. En s'appuyant sur son engagement de longue date en faveur des pays en développement, la JICA déploie des efforts protéiformes pour aider les collectivités territoriales à devenir des «villes-hôtes» afin d'interagir avec les athlètes invités et d'approfondir les relations avec les pays et les régions qui participent aux Jeux. Non seulement les villes-hôtes facilitent l'entraînement des athlètes venus de pays en développement dépourvus d'installations sportives adéquates, mais elles promeuvent les échanges culturels entre la population locale et les sportifs invités, ce qui permet de tisser des liens d'amitié et de sensibiliser les visiteurs aux efforts menés par le Japon dans le domaine de la coopération internationale.

Un ancien JOCV est devenu un trait d'union entre l'équipe de natation des Îles Salomon et la ville de Yaese (préfecture d'Okinawa)

«En voyant pour la première fois un bassin olympique, l'équipe de natation des Îles Salomon a été émue», se souvient Sho Yonahara, professeur au lycée d'enseignement commercial Naha d'Okinawa et ancien membre des volontaires japonais pour la coopération à l'étranger (JOCV). Lui-même ancien nageur de compétition, il a déjà été retenu pour représenter le Japon dans des compétitions de natation par catégorie d'âge. Dès l'été 2016, il a entraîné l'équipe de natation et de water-polo des Îles Salomon dans le cadre de sa mission en tant que JOCV dans ce pays insulaire du Pacifique Sud.

Cependant, les Îles Salomon ne disposent d'aucune infrastructure sportive et il n'existe donc pas de piscine pour la natation de compétition. Touché par les efforts soutenus des membres de l'équipe, par leur pratique de la natation dans l'océan et les rivières des Salomon, M. Yonahara a consulté le bureau de la JICA à Okinawa et le gouvernement préfectoral d'Okinawa (département de la culture, du tourisme et des sports, division de la promotion des sports) sur la possibilité de proposer à l'équipe un endroit qui lui permette de démontrer les résultats de sa pratique. Après de longues discussions, la ville de Yaese a été choisie comme ville-hôte potentielle pour l'équipe de natation des Îles Salomon.

Après la sélection de Yaese comme ville-hôte en 2017, les nageurs salomoniens ont suivi un entraînement sportif tout en participant à un vaste programme d'échanges culturels comprenant notamment des visites d'écoles dans toute la préfecture, des événements organisés par la ville ou encore des démonstrations de natation dans des lycées de la préfecture.

PhotoL'équipe de natation des Îles Salomon s'entraîne avec les élèves du lycée Naha-Nishi.


M. Yonahara a fait part de son enthousiasme et de ses espoirs pour cette équipe : «Durant le séjour de l'équipe, un des nageurs a amélioré son temps de sept secondes au 50 m. L'un des atouts des villes-hôtes est leur capacité d'offrir aux athlètes des pays en développement un environnement adapté à la pratique de leur sport. Et pour les élèves du lycée Naha-Nishi, la participation à un entraînement intensif avec les nageurs invités – sachant que ceux-ci avaient des chances d'aller aux Jeux olympiques – aura été une expérience passionnante. Le prochain camp d'entraînement aura lieu juste avant les Jeux olympiques. Et comme le climat et la végétation luxuriante d'Okinawa ne sont pas si différents de ceux des Îles Salomon, j'espère que les athlètes trouveront leur séjour agréable».

Le programme de partenariat de la JICA offre des opportunités : Équipe laotienne d'athlètes paralympiques et ville d'Ise (préfecture de Mie)

Dans la préfecture de Mie, Ise joue le rôle de ville-hôte pour l'équipe laotienne de para-athlétisme, qui vise les Jeux paralympiques de Tokyo. Ise, qui se veut une ville accueillante, met en œuvre des politiques d'accessibilité pour tous dans différents domaines comme les transports, le tourisme et le système d'enregistrement des supporters, afin d'offrir un environnement favorable aux personnes en situation de handicap. Cette ville a été sélectionnée comme ville-hôte grâce au soutien de l'ADDP (Asian Development with the Disabled Persons - Développement asiatique aux côtés des personnes handicapées), une OBNL ayant tissé des liens étroits avec le parasport au Laos dans le cadre du programme de partenariat de la JICA.

Photo Des para-athlètes laotiens, parmi lesquels Ken Thepthida, un jeune sprinteur de haut niveau prometteur (photo ci-dessus), ont participé aux Jeux de para-athlétisme de Kinki en 2019. Ise, qui bénéficie depuis des années du soutien de l'ADDP est devenue ville-hôte de l'équipe d'athlétisme handisport du Laos.


Des activités telles que la «Promotion du sport pour les personnes handicapées et le renforcement des capacités des entraîneurs et des experts sportifs en RDP lao», soutenue par l'ADDP, ou encore «L'atelier athlétique inclusif», qui permet à des athlètes handicapés et non handicapés visant les Jeux olympiques et paralympiques de s'entraîner ensemble, cadrent avec l'objectif de la ville d'Ise, qui est de faire émerger une société pleinement inclusive. La ville d'Ise, qui a soutenu de jeunes paralympiens doués venus du Laos, est enregistrée comme «ville-hôte au service d'une société harmonieuse et inclusive».

Tandis qu'elle commence à accueillir des para-athlètes dans des camps d'entraînement en amont des Jeux paralympiques de Tokyo, la ville d'Ise prévoit de mettre en œuvre des programmes d'échanges culturels pour les enfants du cru avec les membres de l'équipe laotienne de para-athlétisme et d'organiser des événements d'échanges culturels en invitant la délégation lao.

PhotoDes para-athlètes laotiens malvoyants «prient pour la victoire» au sanctuaire d'Ise ; ils se purifient les mains avant de pénétrer dans le sanctuaire d'Ise (photo de gauche). Un para-athlète malvoyant étreint un arbre ; il tente d'en apprécier le diamètre avec les bras en écoutant la description du guide (photo de droite). Leurs nombreuses remarques seront utiles aux représentants du service de promotion touristique de la municipalité d'Ise, qui axe ses efforts sur un tourisme accessible pour tous.


Les relations se sont approfondies au fil du programme de formation agricole : Athlètes zambiens et ville de Marumori (préfecture de Miyagi)

Marumori, dans la préfecture de Miyagi, est la ville-hôte des athlètes de Zambie, un pays d'Afrique australe. Depuis 2010, Marumori a accueilli de nombreux stagiaires du secteur agricole séjournant au Japon dans le cadre du projet de développement des communautés rurales Zambie-Marumori mis en œuvre par la JICA. Le programme de partenariat de la JICA ainsi qu'un échange agricole avec un lycée sont en cours, et ces liens tissés de longue date ont conduit à la sélection de Marumori comme ville-hôte.

Photo(À droite) :
La sélection de Marumori comme ville-hôte est le fruit d'une longue histoire en lien avec la participation de la région de Koya à un projet de formation agricole de la JICA (apprentissage de techniques japonaises de culture des légumes en 2018).
(À gauche) :
Des activités comme les visites d'échange de lycéens de Marumori en Zambie et la participation de l'Association de développement de Koya au programme de partenariat de la JICA assurent des interactions permanentes.


La ville de Marumori a été durement touchée par le typhon Hagibis qui a ravagé le nord-est du Japon en octobre 2019 ; les glissements de terrain et le débordement de la rivière Abukuma consécutifs au typhon ont provoqué d'énormes dégâts, si bien qu'il a fallu construire des logements temporaires pour les habitants dès le mois de novembre. Constatant que la ville était résolue à accueillir l'équipe zambienne malgré les dommages subis, Ndiyoi Muliwana Mutiti, ambassadeur de Zambie au Japon, s'est rendue à Marumori en décembre pour exprimer ses condoléances et sa gratitude. Yasuhiro Otsuki de l'Association de développement de Koya dans la ville de Marumori, qui dirige depuis de longues années le programme d'échanges avec la Zambie, a tenu les propos suivants :

«Marumori est une petite ville de la région de Tohoku. En temps ordinaire, les occasions de rencontrer des gens venus d'autres horizons sont rares. Mais grâce au projet de formation agricole de la JICA et à notre expérience en tant que ville-hôte, nous nous sommes familiarisés avec la culture d'un autre pays et avons fait la connaissance de personnes venues d'ailleurs. Quand l'équipe d'athlètes zambiens viendra nous voir après les Jeux olympiques, je souhaite vivement offrir aux jeunes de notre ville la possibilité de les rencontrer.»

L'engagement des collectivités locales en tant que villes-hôtes permet à la population locale de nouer des contacts avec des pays du monde entier, ce qui permet à tous de se familiariser avec la coopération internationale. La JICA continuera à soutenir les villes-hôtes japonaises qui participent avec les habitants d'autres pays et d'autres régions aux préparatifs pour l'ouverture des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.

Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale