l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

28 mai 2020

Chanter pour inciter les enfants à se laver les mains : Une collaboration entre une JOCV et un chanteur sensibilise les habitants de Madagascar à l'hygiène des mains


PhotoLes enfants dansent en chantant une chanson sur le lavage des mains : capture d'écran du clip de «Sasao ny tananao».

Madagascar est un pays insulaire situé sur la côte est du continent africain. Dans cette contrée éloignée du Japon, une chanson née de la collaboration entre une volontaire japonaise pour la coopération à l'étranger (JOCV) et un chanteur populaire local est utilisée depuis plusieurs années pour illustrer l'importance du lavage des mains. Avec son rythme entraînant et ses paroles simples à comprendre, la chanson apprend aux petits Malgaches à se laver les mains tout en s'amusant.


PhotoLa ministre de l'Eau, de l'hygiène et de l'assainissement, Voahary Rakotovelomanantsoa (au centre), promeut le lavage des mains.
(Source : Page Facebook du ministère de l'Eau, de l'hygiène et de l'assainissement de Madagascar)

La ministre de l'Eau, de l'hygiène et de l'assainissement, Voahary Rakotovelomanantsoa, a été étroitement impliquée dans la production de cette chanson. Elle est actuellement en première ligne pour lutter contre la propagation de la COVID-19 à travers l'apprentissage du lavage des mains et de l'hygiène. Au moment de la création de la chanson, la ministre était membre de l'équipe chargée des volontaires au bureau de la JICA à Madagascar. Elle apparaît aujourd'hui quotidiennement à la télévision et promeut le lavage des mains auprès du grand public.


Prendre de bonnes habitudes en matière de lavage des mains


La chanson du lavage des mains de Madagascar, «Sasao ny tananao», a été créée en 2010. ICHINO Satomi, une JOCV chargée à l'époque du développement communautaire à Madagascar, a été à l'origine de cette idée. Mme Ichino était assignée à un centre de santé local situé à trois heures de bus de la capitale. Alors qu'elle travaillait sur la prévention des maladies dans les zones rurales, elle s'est rendu compte que les résidents pouvaient apprendre l'une des méthodes les plus simples de prévention des maladies : se laver les mains avec du savon.

PhotoMme Ichino enseigne le lavage des mains dans une école primaire de Madagascar.

Elle a alors composé au piano, son instrument de prédilection, une première version de «Sasao ny tananao» afin de sensibiliser les enfants au lavage des mains. Ses paroles décrivent les bonnes méthodes, insistent sur l'utilisation du savon et rappellent les moments appropriés pour se laver les mains. Lorsque la ministre Rakotovelomanantsoa, chargée, à l'époque, des volontaires au bureau de la JICA à Madagascar, a eu vent de l'initiative de Mme Ichino, elle a demandé à un chanteur qu'elle connaissait de l'interpréter. Par la suite, une version DVD a été produite pour permettre une diffusion encore plus large de la chanson.


PhotoLa pochette DVD du clip de «Sasao ny tananao». Lôla, chanteur populaire à Madagascar, est au centre.

Le chanteur ami de la ministre, Lôla, était déjà populaire à Madagascar. La ministre, Lôla et un chorégraphe ont inventé une danse correspondant aux paroles, puis un clip a été tourné avec des écoliers malgaches chantant et dansant sur la chanson.

Mme Ichino est aujourd'hui détachée par l'Université de Nagasaki auprès du ministère des Affaires étrangères, où elle s'occupe des questions de santé mondiale. Interrogée sur le succès de la chanson qu'elle a composée, elle confie : «Je n'imaginais pas que ces activités auraient une portée au-delà de la communauté où j'étais postée. La danse qui accompagne la chanson lui a permis de devenir populaire et de se diffuser dans tout le pays. C'est incroyable. La ministre Rakotovelomanantsoa a concrétisé mon désir de m'adresser à l'ensemble de la population. Je suis très reconnaissante envers toutes les personnes qui ont participé à cette aventure, notamment les membres d'ONG locales qui ont écrit les paroles avec moi, le chanteur Lôla et tous mes collègues pour le soutien et les efforts déployés pour produire la chanson».


Des efforts constants pour faire évoluer les mentalités

PhotoDes élèves malgaches de primaire s'initient au lavage des mains.

Une décennie s'est écoulée et «Sasao ny tananao», reprise en cœur par les écoliers aux quatre coins du pays, est devenue très populaire. Elle doit aussi sans doute son succès au travail des sociétés locales de la Croix-Rouge et aux boy-scouts qui participent régulièrement à des activités de sensibilisation au lavage des mains. Ces organisations utilisent la chanson et des petites pièces de théâtre sur papier pour faire comprendre les bénéfices d'une bonne hygiène des mains. En outre, la chanson a été diffusée à la télévision et à la radio nationales et elle est devenue l'hymne officiel pour promouvoir le lavage des mains choisi par le ministère de la Santé, le ministère de l'Éducation et le ministère de l'Eau, de l'hygiène et de l'assainissement.


Dans les zones rurales de Madagascar, ouvrir un robinet pour faire couler de l'eau est loin d'être la norme. C'est pourquoi un dispositif simple et innovant, le TIPPY TAP, a été introduit dans le cadre des efforts de sensibilisation. Le TIPPY TAP est fabriqué avec une bouteille ou un autre contenant en plastique rempli d'eau et suspendu à une structure. Il permet de se laver les mains partout, même dans les écoles qui n'ont pas l'eau courante. Parallèlement, dans l'éventualité où le savon reste trop cher, une méthode de fabrication de savon à base de cendres de plantes brûlées a également été introduite.

Ce programme d'éducation au lavage des mains a été transmis aux membres des JOCV travaillant à Madagascar. L'un d'entre eux, TAKEMURA Yuya, est revenu de Madagascar en février de cette année après avoir terminé sa mission en tant que JOCV. Dans les écoles primaires locales, il a appris aux enfants à se laver les mains en jouant au rythme de la chanson écrite par son ancienne collègue.

M. Takemura, aujourd'hui enseignant en primaire au Japon, explique : «Non seulement les enfants apprennent l'importance et les méthodes du lavage des mains, mais ils prennent de bonnes habitudes à cet égard. Cela montre le rôle fondamental des enseignants pour apprendre à bien se laver les mains. Je pense qu'il ne faut pas hésiter à répéter sans cesse les bons gestes».

PhotoM. Takemura (à droite) montre aux enfants comment utiliser un Tippy Tap, un appareil permettant de se laver facilement les mains avec une bouteille en plastique remplie d'eau et suspendue à une structure.


La ministre Rakotovelomanantsoa s'efforce de sensibiliser la population au lavage des mains

PhotoLa ministre Rakotovelomanantsoa (à droite) distribue des masques.
(Source : Page Facebook du ministère de l'Eau, de l'hygiène et de l'assainissement de Madagascar)

Le 25 mai, 542 personnes (dont deux décès) avaient été infectées par le nouveau coronavirus à Madagascar. Afin de prévenir la propagation de l'infection, la nouvelle ministre de l'Eau nommée en janvier dernier, Mme Rakotovelomanantsoa, parcourt chaque jour le pays pour fournir des conseils sur le lavage des mains et distribuer des masques directement à la population. Elle prévoit également d'utiliser la chanson qu'elle a contribué à créer pour encourager encore plus fortement la population à se laver les mains.


Interrogée sur ses neuf années passées au bureau de la JICA, la ministre Rakotovelomanantsoa a déclaré : «Le clip de la chanson témoigne de la valeur des activités des JOCV. Les efforts des JOCV pour améliorer le cadre de vie de manière durable, tout en étant proche des résidents locaux, ont inspiré ma manière de travailler aujourd'hui en tant que ministre».

PhotoLes membres du bureau de la JICA à Madagascar ont rendu une visite de courtoisie à la nouvelle ministre de l'Eau, Mme Rakotovelomanantsoa (deuxième à droite) en janvier de cette année.

La ministre tient à rendre visite aux résidents, à établir des liens avec eux et à effectuer un suivi. La JICA continuera à coopérer pour l'amélioration de l'assainissement et de l'environnement hydrique à Madagascar dans la droite ligne de ses activités.



Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale