l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Nouvelles du terrain

25 juin 2020

[Ex-participants en lutte contre la COVID-19] Kenya : Développement de respirateurs artificiels à l'Université Jomo Kenyatta d'agriculture et de technologie


À l'Université Jomo Kenyatta d'agriculture et de technologie (JKUAT pour Jomo Kenyatta University of Agriculture and Technology) au Kenya, d'anciens participants dans les domaines de l'éducation et de la recherche s'attellent au développement de respirateurs artificiels. La demande pour ce produit devrait s'intensifier en raison d'une augmentation du nombre de patients. Cet article est le troisième d'une série consacrée aux ex-participants aux formations de la JICA, aujourd'hui engagés dans la lutte contre la COVID-19 dans leur pays d'origine.

PhotoDes membres de l'équipe de développement, dont d'anciens participants aux formations de la JICA, assemblent des respirateurs artificiels à l'Université Jomo Kenyatta d'agriculture et de technologie (JKUAT).


Mobilisation des connaissances en programmation pour développer des respirateurs artificiels

PhotoLe technicien Daniel Omondi durant la formation en génie mécanique et productique pour l'innovation par des études en ingénierie acoustique, à l'Université de Tottori

«Les connaissances et les compétences en programmation et usinage sur les machines-outils à commande numérique que j'ai apprises à l'Université de Tottori sont aujourd'hui utilisées pour la conception de respirateurs et la fabrication de composants destinés à la fabrication de nouveaux modèles.»


Ces paroles sont celles du technicien senior Daniel Omondi, l'un des membres de l'équipe de développement de la faculté d'ingénierie et de technologie de la JKUAT. M. Omondi est un ancien participant de la formation en génie mécanique et productique pour l'innovation par des études en ingénierie acoustique organisée à l'Université de Tottori en vue de développer les ressources humaines industrielles au Kenya. Il travaille désormais sur le développement de nouveaux produits en tirant parti des enseignements de la formation.

«Pour le développement des respirateurs artificiels, je suis responsable de la sélection des matériaux et de la dimension des machines, ainsi que du processus de moulage et de conception des pièces à partir de matériaux fournis par l'université. Je conçois en outre les pièces manquantes et vérifie si le respirateur fonctionne correctement», précise-t-il.

Boniface Kariuki, technicien en chef par intérim de l'équipe de développement confie : «Parallèlement aux compétences en programmation acquises au Japon, notre approche rigoureuse des activités de recherche et de développement permet une productivité et une efficacité accrues». M. Kariuki a participé au premier groupe du programme de master et de stages en entreprise de l'initiative pour l'éducation commerciale des jeunes Africains (ABE pour African Business Education). Il a étudié à l'École supérieure des sciences environnementales de l'Université d'Hokkaido entre 2014 et 2016.

«L'équipe de développement n'a pas de chercheurs ou d'ingénieurs disposant d'une expérience dans la conception de respirateurs artificiels, et il n'est pas facile d'intégrer les spécifications propres aux patients utilisant ces appareils médicaux. Cependant, tous les membres de l'équipe travaillent dur pour faire avancer le développement à travers un processus répété d'essais et erreurs», explique-t-il.

PhotoLes membres de l'équipe de développement discutent des modalités de fabrication des respirateurs. M. Kariuki est le quatrième à droite, M. Omondi est à sa gauche.


PhotoUn respirateur artificiel en cours de fabrication à la JKUAT


Selon le ministère kényan de la Santé, le 23 juin, 4 797 personnes étaient infectées par la COVID-19 (pour 125 décès). Pour faire face à la pénurie de respirateurs due à l'épidémie, les anciens participants poursuivent la fabrication de nouveaux appareils malgré de nombreuses contraintes, notamment la difficulté à se procurer des pièces à cause des restrictions de déplacements entre les villes et des fermetures de magasins.

Promouvoir une «fabrication» pratique

PhotoLe Centre intégré d'innovation et de prototypage (iPIC) de l'atelier d'ingénierie de la JKUAT

«Notre respirateur se caractérise par sa capacité à utiliser la lumière du soleil comme source d'alimentation, sa légèreté, sa facilité de transport et sa portabilité. De plus, 85 % des pièces sont achetées et fabriquées au niveau national», explique Benard Ikua, vice-recteur adjoint (chargé de l'administration) de la JKUAT. Ce respirateur est développé au Centre intégré d'innovation et de prototypage (iPIC pour Innovation and Prototyping Integrated Center) de l'atelier d'ingénierie de l'Université.

Le professeur Ikua a étudié le génie mécanique entre 1996 et 2002 à la faculté d'ingénierie de l'Université de Tottori, où il a obtenu son doctorat. Il s'est inspiré du Centre d'enseignement pratique de la fabrication de l'Université de Tottori comme modèle afin de créer un centre similaire à la JKUAT. Depuis son achèvement en 2017, le Centre se concentre sur la mise au point de méthodes de fabrication pratiques et ses efforts ont abouti au développement de ce respirateur.

Parallèlement au développement de respirateurs et de désinfectants, la JKUAT travaille sur des systèmes et des applications de prévision des tendances des infections en ligne pour reconstituer les contacts des personnes infectées afin de lutter contre la propagation de COVID-19.

Depuis 1977, la JICA apporte son soutien à la JKUAT à travers la fourniture d'équipements et des activités de coopération technique. La JKUAT est l'une des principales universités du Kenya dans le domaine des sciences, de la technologie et de l'innovation. En outre, dans le cadre de l'Université panafricaine lancée par l'Union africaine en 2010 pour améliorer le niveau de l'enseignement supérieur dans la région, la JKUAT a été désignée comme université de référence pour les sciences fondamentales et l'innovation technologique. Elle joue un rôle essentiel en tant qu'université de référence dans la région en accueillant chaque année un grand nombre d'étudiants internationaux de divers pays africains.



Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale