l'Agence Japonaise de Coopération Internationale

  • 日本語
  • English
  • Francais
  • Espanol

RSS Feeds

Communiqués de presse

7 décembre 2017

Signature d'accords de dons avec l'Éthiopie : Contribuer à l'amélioration des conditions de vie et à un meilleur accès à l'éducation par la production d'électricité, l'approvisionnement en eau et la construction d'écoles secondaires

photoAprès la signature

Le 6 décembre, l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) a signé des accords de dons à hauteur de 5,116 milliards de yens avec le gouvernement de la République fédérale démocratique d'Éthiopie, à Addis-Abeba, pour le financement de trois projets.

Cette coopération prévoit l'installation de têtes de puits sur un site géothermique, l'extension des installations d'approvisionnement en eau et la construction d'écoles secondaires afin de développer la géothermie, d'améliorer les infrastructures d'approvisionnement en eau et d'étendre l'accès à une éducation de qualité. Ces objectifs s'inscrivent dans le deuxième plan de croissance et de transformation, le deuxième plan de développement national du gouvernement éthiopien.

Les accords de dons qui ont été signés portent sur trois projets, décrits ci-après :

(1) Projet d'installation de têtes de puits sur un site géothermique (1,842 milliard de yens)

(2) Projet d'amélioration de l'approvisionnement en eau de la ville de Baher Dar (1,836 milliard de yens)

(3) Projet de construction d'écoles secondaires dans la région du Tigré (1,438 milliard de yens)

Les détails des projets figurent ci-après.

(1) Projet d'installation de têtes de puits sur un site géothermique (montant total de l'aide : 1,842 milliard de yens)

(a) Objectif et résumé
Ce projet prévoit l'installation d'une petite centrale géothermique mobile (puissance nominale : cinq mégawatts) à Aluto Langano, dans l'État régional d'Oromia, où la géothermie est en plein essor, permettant un approvisionnement rapide en électricité géothermique. Ceci devrait contribuer à étendre et à diversifier les sources d'énergie en Éthiopie.

(b) Contexte et nécessité
Deuxième pays le plus peuplé (99,39 millions d'habitants, 2015) d'Afrique après le Nigéria, l'Éthiopie a enregistré ces dernières années une croissance économique soutenue, de l'ordre de 10 pour cent par an. Toutefois, l'Éthiopie est confrontée à la difficulté d'assurer un approvisionnement stable en énergie, car le taux d'électrification du pays atteignait à peine 27 % en 2014 (Banque mondiale, 2016), et les coupures de courant sont fréquentes même dans les zones électrifiées de la région d'Addis-Abeba, la capitale. Avec plus de 90 pour cent de l'électricité d'origine hydraulique, et une production inférieure à la demande lors de la saison sèche, stabiliser l'approvisionnement énergétique grâce à la géothermie constitue l'une des priorités du gouvernement éthiopien.

La région d'Aluto Langano, dans l'État régional d'Oromia, dans le sud du pays, bénéficie de la plus haute priorité en matière de développement géothermique, notamment parce qu'elle possède les plus vastes ressources géothermiques potentielles. Dans le cadre du programme de préservation des forêts (2010–2016), financé par un don, le gouvernement japonais a foré deux puits d'essai, et la JICA conduit actuellement l'étude préparatoire pour le projet de production d'électricité géothermique d'Aluto Langano qui vise la construction d'une grande centrale géothermique. Avec une demande énergétique annuelle en hausse, et au vue des délais importants pour mettre en place cette installation géothermique, il est impératif de d'accroître rapidement la fourniture d'électricité.

[Informations de base sur le projet]
Pays République fédérale démocratique d'Éthiopie
Nom du projet Projet d'installation de têtes de puits sur un site géothermique
Période de mise en œuvre prévue 36 mois, avant-projet détaillé et appel d'offres inclus
Agence d'exécution Ethiopian Electric Power
Région, installations cibles Aluto Langano, État régional d'Oromia
Détails du projet (provisoires) (1) Amélioration des installations, achat d'équipements
Têtes de puits géothermiques (capacité : cinq mégawatts, y compris transformateur), autres équipements connexes (système de collecte de vapeur, système de sous-station, autres)
(2) Services de consultants
Avant-projet détaillé, aide liée aux appels d'offres, supervision des achats
Conseils pour la gestion des installations : renforcement des capacités d'exploitation et de maintenance préventive du système de production d'électricité ; exploitation, maintenance et gestion de la centrale ; maintenance et gestion des réservoirs géothermiques par couche ; autres

(2) Projet d'amélioration de l'approvisionnement en eau de la ville de Baher Dar (montant total de l'aide : 1,836 milliard de yens)

(a) Objectif et résumé
Ce projet prévoit le forage de puits profonds, l'extension du réseau de distribution d'eau et la construction de réservoirs et d'autres installations pour étendre les infrastructures d'approvisionnement en eau de la ville de Baher Dar, dans l'État régional d'Amhara, pour y accroître l'accès à l'eau. Ce projet a pour objectifs de fournir de l'eau salubre à la région cible, de réduire le nombre de personnes contractant des maladies d'origine hydrique, et d'alléger les corvées d'eau.

(b) Contexte et nécessité
La ville de Baher Dar, dans l'État régional d'Amhara, au nord-ouest de l'Éthiopie, a connu un développement remarquable grâce au tourisme, car elle est proche du lac Tana, la source du Nil Bleu. Sa population devrait passer de 180 000 à 314 000 habitants entre 2007 et 2017 (Agence centrale éthiopienne de statistique). Du fait de cette croissance démographique, la demande d'eau devrait être multipliée par 1,5 entre 2015 et 2025. La région cible de ce projet est confrontée à plusieurs défis : exploiter de nouvelles sources d'eau en creusant des puits profonds et élaborer des plans de gestion de l'eau prenant en compte la différence d'altitude, sachant que l'infrastructure d'approvisionnement en eau, notamment dans les zones résidentielles, n'a pas évolué au même rythme que les besoins. Ainsi, certains habitants utilisent l'eau provenant du lac Tana ou de puits de surface, ce qui provoque l'apparition de maladies, notamment diarrhéiques, probablement transmises par l'eau ; les taux de prévalence sont les plus élevés chez les enfants de moins de cinq ans. De plus, dans les ménages non raccordés à l'eau, les femmes et les enfants doivent souvent aller chercher de l'eau dans les rivières, les lacs, aux robinets publics ou à d'autres sources, ce qui alourdit la charge de travail des femmes et empêche les enfants d'aller à l'école. Pour toutes ces raisons, il est urgent d'étendre les infrastructures d'approvisionnement en eau.

[Informations de base sur le projet]
Pays République fédérale démocratique d'Éthiopie
Nom du projet Projet d'amélioration de l'approvisionnement en eau de la ville de Baher Dar
Période de mise en œuvre prévue 53 mois, avant-projet détaillé et appel d'offres inclus
Agence d'exécution Bureau de l'eau, de l'irrigation et du développement énergétique, État régional d'Amhara
Région, installations cibles Baher Dar, État régional d'Amhara
Détails du projet (provisoires) (1) Amélioration des installations, achat d'équipements
Installations : Puits profonds (installation de cinq nouveaux puits, et réhabilitation des quatre existants – dont remplacement des pompes), postes de pompage auxiliaires (un réservoir de service de 1 000 mètres cubes, un autre de 4 000 mètres cubes), conduites d'amenée d'eau brute (environ quatre kilomètres), conduites d'acheminement de l'eau (environ 11 kilomètres), conduites de distribution de l'eau (environ 42 kilomètres)
Équipements : Pièces de rechange pour les pompes de puits, pompes d'alimentation, générateurs et autres
(2) Services de consultants
Avant-projet détaillé, aide liée aux appels d'offres, supervision des travaux de construction
Conseils pour la gestion des installations : Renforcement des capacités de maintenance et de gestion des installations, mesures de réduction de l'eau non comptabilisée et autres

(3) Projet de construction d'écoles secondaires dans la région du Tigré (montant total de l'aide : 1,438 milliard de yens)

(a) Objectif et résumé

Ce projet prévoit la construction de nouvelles écoles secondaires et la fourniture d'équipements scolaires dans l'État régional du Tigré afin d'améliorer l'environnement éducatif au niveau du secondaire. Il devrait contribuer à améliorer l'accès à l'enseignement secondaire et la qualité de celui-ci dans cet État.

(b) Contexte et nécessité

Si le taux net de scolarisation primaire (de la 1re à la 8e année) s'est grandement amélioré, et dépasse aujourd'hui 90 % en Éthiopie, le taux net de scolarisation secondaire (de la 9e à la 12e année) reste faible, de l'ordre de 21 % (2014/15). Dans le 5e plan de développement pour le secteur éducatif (2015/16–2019/20), le gouvernement éthiopien estimait que la faiblesse du taux de scolarisation secondaire était surtout due au fait que la construction d'écoles secondaires progressait trop lentement par rapport à la demande ; il donnait donc la priorité à l'extension des installations.

L'État régional du Tigré, dans le nord du pays, connaît une situation similaire : on compte aujourd'hui un seul établissement d'enseignement secondaire pour 12 écoles primaires, alors que ce rapport devrait être de un pour 10, selon l'objectif fixé. Ainsi, le taux net de scolarisation secondaire pour le premier cycle (9e et 10e années) n'était que de 48,2 %, et de 12,2 % seulement pour le second cycle (11e et 12e années) en 2014/15. Par ailleurs, dans l'État du Tigré, la distance moyenne entre le domicile des élèves et l'école secondaire est de 15 kilomètres environ. Il est donc urgent de construire de nouvelles écoles secondaires.

[Informations de base sur le projet]
Pays République fédérale démocratique d'Éthiopie
Nom du projet Projet de construction d'écoles secondaires dans la région du Tigré
Période de mise en œuvre prévue 40 mois, avant-projet détaillé et appel d'offres inclus
Agence d'exécution Bureau de l'éducation, État régional national du Tigré
Région, installations cibles État régional du Tigré
Détails du projet (provisoires) (1) Amélioration des installations, achat d'équipements
Construction de sept nouvelles écoles secondaires :
80 salles de classe ordinaires (environ 6 500 mètres carrés), sept bâtiments administratifs (environ 1 900 mètres carrés), sept laboratoires (environ 2 100 mètres carrés), sept bibliothèques (environ 1 100 mètres carrés), sept salles d'informatique (environ 900 mètres carrés), 14 blocs sanitaires (environ 500 mètres carrés)
Équipements :
Pupitres, chaises, étagères et autre mobilier scolaire
(2) Services de consultants
Avant-projet détaillé, aide liée aux appels d'offres, supervision des travaux de construction

Haut de page

Copyright © l'Agence Japonaise de Coopération Internationale