Japan International Cooperation Agency
Share
  • 日本語
  • English
  • Français
  • Espanol
  • Home
  • About JICA
  • News & Features
  • Countries & Regions
  • Our Work
  • Publications
  • Investor Relations

Communiqué de Presse

28 Janvier 2012

Le Projet VIH/JICA est prolongé jusqu’en Mars 2013 afin de consolider les résultats très positifs obtenus à partir de Mars 2008, date de début du projet.

PhotoCurricula de formation intégrée sur la syphilis et l'infection à VIH

Le Projet de renforcement du programme de prévention du VIH/sida-JICA (Projet VIH/JICA) a pour stratégie d'améliorer la prestation de service de counseling et de dépistage de qualité. Ce Projet a débuté au mois Mars 2008 et devait prendre fin au mois de Mars 2012. Suite à l'évaluation du Projet vers la fin de l'année 2011 qui a montré des résultats satisfaisants, un procès-verbal de prolongation du Projet pour une année (jusqu'au 24 Mars 2013) a été signé le 06 Janvier 2012 par Monsieur Koichi SASADATE, Représentant Résident de la JICA et Professeur Jean de Dieu Marie RAKOTOMANGA, Secrétaire Général du Ministère de la Santé Publique.

Maintenir le taux de prévalence du VIH/sida à moins de 1% : tel est l'objectif de ce projet que la JICA mène en étroite collaboration avec différentes entités dont le Ministère de la Santé Publique.

PhotoFormation sur GESIS dirigée par le Conseiller Principal du Projet, M. Toshiharu OKAYASU

C'est dans ce cadre qu'ont été menés à bien : la révision de la Politique nationale de dépistage ; l'élaboration de curricula de formation intégrée sur la syphilis et l'infection au VIH ; l'élaboration du guide de gestion des intrants IST/VIH ; la formation des prestataires utilisant le curricula de formation intégrée sur la syphilis et le VIH, et la formation sur la cartographie ; l'intégration des indicateurs IST/VIH dans le système de collecte des données de routine, autrement dit, Rapports Mensuels d'Activités (RMA) des formations sanitaires ; la mise à jour des logiciels de Gestion d'Information Sanitaire(GESIS) afin d'améliorer la collecte et l'analyse des données, et la mise en oeuvre des recherches opérationnelles en vue d'améliorer les services de counseling et dépistage. Thèmes de recherches opérationnelles : « Facteurs déterminants de la découverte au stade tardif de PVVIH (Personnes Vivant avec le VIH) », « Profil et devenir des patients co-infectés Tuberculose/VIH ». Une activité pilote a été initiée : le « Centre de Santé Intégré » dans la Région Analamanga.

Photo

Le nombre de sites de dépistage du VIH est passé de 503 en 2008 à 1544 en octobre 2011 et le taux de complétude de RMA (le taux de Rapports Mensuels d'Activités rendus) pour CSB, CHD et CHRR/CHU s'est fortement accru pour de meilleurs résultats entre 2007 et 2010, allant de 86,6% à 92,2% pour les CSB, de 83,1% à 91,3% pour les CHD, et 75,5% à 98,5% pour CHRR/CHU.

Les résultats très positifs obtenus sont aussi dus à une bonne harmonisation des apports de différentes entités impliquées dans la même problématique : UNICEF, Banque Mondiale, Fonds Mondial, UNFPA, et OMS. Cela a permis de vulgariser les acquis du projet au niveau des régions et districts, de collaborer avec les secteurs privés tels que la Société Japonaise, SUMITOMO Corporation qui oeuvre dans le Projet Ambatovy. SUMITOMO Corporation a récemment doté les Districts Sanitaires prioritaires de Toamasina I, Toamasina II, et Moramanga de kits de dépistage de la syphilis et du VIH, de médicaments et de consommables médicaux d'un montant de 62 Millions Ariary en collaboration avec le Projet JICA.

PhotoPrésentation de Dr Vony Soa, homologue du Projet, lors d’ICASA (International Conference on AIDS and STIs in Africa) qui s’est tenue du 4 au 8 décembre 2011 à Addis Ababa en Ethiopie

Pour la période de prolongation, le Projet VIH/JICA s'efforcera de suivre les acquis de la phase initiale surtout pour l'amélioration de la qualité des données IST/VIH, principalement au niveau de la région pilote d'Analamanga. Avec cette intervention, l'amélioration du système national d'information sanitaire est attendue.

Il est vrai que le taux de prévalence du VIH est encore assez bas, mais plusieurs facteurs de risques ont été identifiés. Le Projet renforce la lutte contre le VIH/sida tout en gardant la collaboration avec le Ministère de la Santé Publique et des différentes parties prenantes, avec comme perspectives : amélioration de la qualité des données, renforcement du système logistique, suivi des activités réalisées durant la première période, mise en oeuvre des recommandations issues des recherches opérationnelles.

En conclusion, l'engagement conjoint pour la prolongation du Projet témoigne la détermination des deux pays dans la lutte engagée contre le VIH à Madagascar dans un cadre de franche collaboration.

PAGE TOP

Copyright © Japan International Cooperation Agency