Japan International Cooperation Agency
Share
  • 日本語
  • English
  • Français
  • Espanol
  • Home
  • About JICA
  • News & Features
  • Countries & Regions
  • Our Work
  • Publications
  • Investor Relations

Communiqué de Presse

1 février 2014

Visite de Mr Eiji Inui, Directeur Général des Affaires Africaines, à Madagascar (I)

PhotoMonsieur Eiji Inui au centre, entouré par le Directeur Général du Port à sa gauche et le Directeur de Développement du Port à sa droite

A la suite de nombreuses visites de pays d'Afrique, Mr Eiji Inui Directeur Général des Affaires Africaines de la JICA a fini sa tournée africaine à Madagascar les 31 janvier et 1er Février 2014.

Au deuxième jour de sa visite, Mr Inui s'est rendu à Toamasina où se trouve le premier port de Madagascar. Il a eu des entretiens avec Mr AVELLIN Christian Eddy, Directeur Général de la SPAT (Société du Port à gestion Autonome de Toamasina) et son équipe, les homologues du projet de Développement du Port de Toamasina. Ensuite, ils ont observé ensemble l'aménagement de ce grand port. Mr Inui a aussi échangé ses points de vue avec Mr Makoto Inaba, Partenaire Représentant de Sumitomo Corporation du projet d'Ambatovy [1] et les employés de ce projet dans lequel cette compagnie japonaise a investi dans plusieurs domaines. (http://www.ambatovy.com/docs/)

Le Directeur Général de la SPAT a sollicité la nécessité d'accélérer les procédures pour l'aboutissement de l'étude de faisabilité du port Toamasina réalisé sous financement de la JICA en 2009. L'extension répondra notamment à l'augmentation massive de marchandises traitées dans ce port. Il a aussi mentionné son souhait de concrétiser le projet à travers l'aide remboursable du gouvernement du Japon parce que la SPAT a beaucoup apprécié la bonne qualité de l'étude mentionnée ci-dessus et les réalisations des projets de l'Aide Publique au Développement du Japon (APD)à Madagascar.

Pendant sa visite, Mr Inui a bien constaté que la SPAT montre un haut niveau d'appropriation de l'étude. D'après la première planification, les travaux d'extension de ce port aurait déjà dû commencer mais malheureusement, la mise en œuvre effective du projet n'a pu être entamée à cause de la crise politique qui avait pris une mauvaise tournure en 2009. A cause de la nécessité très urgente, différents travaux d'aménagement ont été réalisés sur financement propre de la SPAT équivalent à environ 1 milliard yen. Il s'agit principalement de l'extension partielle de l'aire du conteneur de 8 ha et de la meilleure sécurisation des marchandises au port.

La ville de Toamasina, capitale de la région Atsinanana à l'Est de Madagascar, se situe à 353 km au nord-est d'Antananarivo dont le port au même nom a une excellente réputation pour la circulation de grand nombre de marchandises. Elle est aussi une ville cosmopolite également appelée « le poumon économique » de Madagascar.

Elle est majoritairement « betsimisaraka » (nom d'un groupe ethnique). En plus des autres ethnies de l'île, elle a une population de plus de 300 000 habitants, elle abrite aussi une très importante communauté chinoise (le plus souvent métissée), indo-pakistanaises, ainsi qu'une minorité européenne.

PhotoVue aérienne du Port de Toamasina

La ville de Toamasina était entrée dans une nouvelle étape d'un développement potentiel plus assuré grâce au commencement d'un projet dénommé Projet Ambatovy (composé de consortium de sociétés étrangères : Sherritt, SNC Lavallin, Kores et Sumitomo Corporation)

Durant la réunion entre Mr Inui, les homologues malgaches et japonais, Mr Inaba qui connait bien la situation actuelle de Madagascar a manifesté une grande espérance du succès des domaines concernant l'énergie, le transport y compris le chemin de fer, le renforcement de capacité des ressources humaines du secteur industriel et aussi le secteur social en général. Il a aussi sollicité la JICA afin d'intervenir plus sérieusement pour soutenir le financement de ce grand projet du Port de Toamasina.

Le projet est maintenant en cours d'examen dans le cadre de l'Aide Publique au Développement pour les pays en voie de développement. Il va directement contribuer au développement du réseau du transport maritime puisque les produits définitifs d'Ambatovy seront expédiés à partir du « quai C » pour le monde entier. Cependant, Il présente aussi un aspect moins favorable qui nécessite également de considérations. En effet, il existe un embouteillage assez sérieux de camions qui doivent passer les formalités douanières pour aboutir enfin au quai d'expédition.

De ce fait, outre la prise en compte des « infrastructures », il y a aussi le besoin essentiel d'améliorer la gestion du fonctionnement de ce grand port de Toamasina à travers des « logiciels spécifiques ».

Le nom malgache « Toamasina » ne semble apparaître dans aucun document d'origine européenne. L'interprétation traditionnelle de ce nom est la suivante : Radama I, découvrant la mer pour la première fois lors de sa conquête de Madagascar, aurait porté un peu d'eau à sa bouche et se serait exclamé : « Toa masina ! » (« C'est salé ! » en malgache).] Source : Wikipedia

Le Premier ministre du Japon a également prononcé un discours au cours de sommet de l’Union Africaine le 14 janvier 2014 qui avait eu lieu à l’Addis Abeba, Ethiopie. Dans cette allocution, Monsieur Abe a bien mis en exergue un axe de collaboration entre le gouvernement du japon et les entreprises japonaises. Entre autres, il a cité plusieurs activités faites par les personnels de JICA y compris les petits projets de jeunes volontaires JOCV dans le continent d’Afrique.

(…)Lorsque les entreprises japonaises, qui accordent de l'importance à « chacun », viennent en Afrique, des relations « gagnant-gagnant » sont établies, dans le vrai sens du terme.
S'il arrive que le travail soit perçu comme une corvée dans le pays d'accueil, les rapports qui s'instaurent avec les entreprises japonaises changent cela. En effet, un lieu de travail où l'ingéniosité et les efforts de « chacun » sont respectés, peut lui aussi devenir un lieu de joie.(…)

Vous, qui pendant de longues années, avez tissé la tapisserie de la croissance en Asie, merci de désormais tisser résolument celle-ci en Afrique, d'un fil brillant. (…)
Source : http://www.mofa.go.jp/mofaj/files/000023954.pdf

Note

  • [1] Le projet d'Ambatovy est un consortium de compagnies étrangères dans le secteur de l'exploitation et l'affinage du cobalt et du nickel (Koichi SASADATE Représentant Résident, Bureau de JICA Madagascar)

PAGE TOP

Copyright © Japan International Cooperation Agency