Japan International Cooperation Agency
Share
  • 日本語
  • English
  • Français
  • Espanol
  • Home
  • About JICA
  • News & Features
  • Countries & Regions
  • Our Work
  • Publications
  • Investor Relations

Événement

27 octobre 2018

Interview
M. Mezri M'NARI, Directeur de Projet

Centrale Electrique à Cycle Combiné de Radès « C »

Le Projet de la Centrale Electrique à Cycle Combiné de Radès « C » a connu les 26 et 27 octobre 2018 deux évènements importants qui consistent en l'installation sur le massif de la turbine à gaz et de son alternateur. M. Mezri M'NARI, Directeur du Projet auprès de la STEG nous a fait visiter le chantier couvrant environ 5,4 ha, où les travaux avancent sûrement. Après cette visite impressionnante où les entreprises et leurs équipes sont à pieds d'œuvre pour achever la construction de la centrale dans les délais,M. M'NARI a répondu à nos questions et nous a éclairés sur ce projet grandiose :

PhotoM. Mezri M'NARI, Directeur du Projet (STEG)

PhotoM. Mezri M'NARI, Directeur du Projet (STEG)


Pourriez-vous nous donner un aperçu sur le projet de construction de la nouvelle centrale électrique Radès C et sa particularité ? Qu'est-ce qui la distingue des autres centrales ?

C'est une centrale thermique à Cycle Combiné en configuration bi-arbres. Ce type de centrale combine deux types de turbine : une turbine à combustion (Turbine à gaz) et une turbine à vapeur, chacune est reliée à son propre alternateur. En combinant les deux cycles, on augmente l'efficacité énergétique et on obtient un rendement beaucoup plus élevé que celui des centrales classiques. En fait, la centrale électrique à cycle combiné de Radès se caractérise par :

  • Une souplesse d'exploitation. En effet, cette centrale peut fonctionner soit en cycle ouvert (Turbine à gaz) pour produire 300 MW, soit en cycle combiné complet permettant une production de 450 MW.
  • Un excellent rendement qui est d'environ 60% ce qui lui permet d'améliorer considérablement la consommation spécifique (nette réduction de la consommation en combustible).
  • La conformité aux normes internationales en matière d'environnement et de sécurité.
  • Son aspect social. En effet, durant la période de réalisation de la centrale, le nombre d'ouvriers temporaires peut atteindre 2000 dont environ 90% des tunisiens. Le nombre d'ouvriers permanents, qui vont exploiter la centrale, est d'environ 150. Le taux d'intégration de la sous-traitance tunisienne est actuellement de 13 %.

L'accord de prêt entre la STEG et la JICA a été signé en juillet 2014, pour un montant d'environ 38,1 Milliard de Yen, équivalent à environ 820 Millions de Dinars Tunisiens (taux de change de 2014), remboursables sur une période de 40 ans dont 10 ans de grâce et un taux d'intérêt de seulement 0,6% l'an.

PhotoTravaux de construction de la centrale

PhotoTravaux de construction de la centrale


Quelle est l'importance de la turbine à gaz et de l'alternateur que vous venez de recevoir, dans le projet ?

La turbine à gaz et son alternateur sont les deux pièces maîtresses de la centrale et leur pose sur le massif constitue une étape très importante dans le planning d'exécution du projet. Ceci étant, il faut multiplier les efforts afin d'achever les autres travaux (Génie civil, montage, essais, etc.) dans les délais escomptés.

PhotoTurbine à gaz et son alternateur

PhotoTurbine à gaz et son alternateur


Ce projet utilise une technologie japonaise de pointe. Que pensez-vous de cette technologie et comment avez-vous trouvé la collaboration avec le Groupement de constructeurs japonais MHPS/SC dans ce projet ?

PhotoM. MNARI sur le chantier

Je voudrais préciser que les deux entreprises japonaises ont remporté le marché suite à un appel d'offres international. Le constructeur de la centrale est le groupement japonais Mitsubishi Hitachi Power Systems (MHPS) / Sumitomo Corporation (SC). MHPS est le fournisseur des équipements principaux de la centrale. C'est une entreprise de renommée mondiale, qui a fait ses preuves en matière de construction des centrales électriques. MHPS est connue aussi pour sa technicité et son respect des délais de construction.

Quant à l'entreprise SC, elle est responsable 1) en tant que EPC (Engineering Procurement, Construction), de la réalisation des travaux de génie civil, de construction et de mise en service ainsi que la fourniture de certains équipements auxiliaires de la centrale, qui ont été confiés à l'entreprise turque GAMA Electric Power Systems, et notamment 2) de la gestion commerciale et contractuelle globale dans le projet. A noter que MHPS envoie sur site ses experts pour participer aux travaux de montage et de mise en service notamment de ces propres équipements (turbine à gaz, alternateurs, turbine à vapeur, etc.). Les experts japonais sont très méticuleux, ce qui nous donne une certaine assurance par rapport à la qualité et à la fiabilité de l'installation.

Par ailleurs, je tiens à préciser qu'une communication efficace s'est établie rapidement entre les différents intervenants dans le projet. Actuellement, nous travaillons ensemble dans une bonne ambiance caractérisée par la coopération et la confiance mutuelles avec un seul objectif en tête, celui d'assurer la mise en service de la centrale dans les délais initialement fixés.


Pourriez-vous nous donner une idée sur les principales échéances de ce projet et sur l'avancement réalisé jusqu'à maintenant ?

Les travaux de construction ont démarré en août 2017. Jusqu'à septembre 2018, le projet a réalisé un avancement physique global d'environ 50%. Quant à la mise en service de la centrale, elle est prévue en deux étapes :

  1. Achèvement et mise en service du cycle simple (turbine à gaz) de 300 MW en juin 2019. Le délai de réalisation est de 22 mois.
  2. Achèvement et mise en service du cycle combiné complet de 450 MW en mai 2020. Le délai de réalisation est de 33 mois.

PhotoLes travaux sont sur la bonne voie


Y a-t-il un message que vous voulez passer au public en rapport avec les efforts fournis par la STEG pour augmenter sa capacité de production de l'électricité et avec le projet de la nouvelle centrale électrique Radès C, en particulier ?

Je voudrais souligner que la construction d'une centrale électrique est un processus complexe et un investissement lourd qui engendre un coût particulièrement élevé à l'Etat, que ce soit le coût de la construction ou celui de la consommation de combustible qui est sujet à la fluctuation. Ainsi, la réalisation de nouvelles centrales pour augmenter la capacité de production de l'électricité demande beaucoup d'efforts et coûte cher à l'Etat avant d'arriver au citoyen.

Je tiens à rappeler que grâce à son excellent rendement, cette centrale va permettre, dès sa mise en service, de réaliser un gain considérable en termes de consommation de combustible.

Je saisis cette occasion pour remercier tous les intervenants dans ce projet, à savoir notre ministère de tutelle et la Direction Générale qui suivent minutieusement ce projet et de nous prêter main forte en cas de problèmes ainsi que tout le personnel des directions de la STEG parties prenantes dans ce projet et notamment la Direction Centrale de l'Equipement.

De même je tiens à remercier le groupement japonais Mitsubishi Hitachi Power Systems et Sumitomo Corporation (avec son sous-traitant spécialisé Turque GAMA Power Systems), qui ont démontré jusqu'à ce jour un savoir-faire remarquable en matière de gestion des différentes activités du projet.

Je remercie, enfin, le Gouvernement Japonais et la JICA pour l'octroi de financement de ce projet à des conditions particulièrement avantageuses pour l'Etat tunisien et pour la STEG, et pour son étroite collaboration avec les équipes de notre entreprise afin de faciliter la mise en œuvre des procédures liées au financement des différentes composantes du projet.

Plus d'informations sur le projet

PAGE TOP

Copyright © Japan International Cooperation Agency